Mai 2021 : Point d’avancement

La mise en service du réseau d’alimentation par l’eau du Rhône était prévue pour l’été 2021. Mais une difficulté technique rencontrée pour réaliser le passage de la canalisation sous l’autoroute A7 et la voie ferrée à hauteur d’Etoile-sur-Rhône repousse cet objectif à 2022. Ces travaux devaient se dérouler durant le mois de mars. Il s’agissait de réaliser à l’aide d’un micro-tunnelier un forage de 80 mètres de long à 6 mètres de profondeur pour installer un fourreau en béton d’un mètre de diamètre dans lequel devait ensuite être posée une canalisation de 700 mm. L’ensemble des études géotechniques avaient été effectuées préalablement. Mais lorsque l’entreprise chargée du forage a creusé sa fosse d’entrée en février , elle a alerté le SID sur le fait que les conditions du sous-sol n’étaient pas les mêmes que celles mises en évidence lors de l’étude géotechnique. Elle a donc estimé qu’engager les travaux avec le micro-tunnelier pouvait être préjudiciable à la sécurité des ouvrages, autoroute et voie ferrée.

Tout a été mis en œuvre pour trouver une solution alternative qui permette de réaliser le forage dans le créneau programmé avec la SNCF, entre le 10 et le 20 mars [la SNCF exige une planification très précise des travaux car elle doit ralentir ses trains durant le chantier] mais sans résultat. Une réunion a ensuite été organisée le 30 mars avec les services de l’État et l’ensemble des acteurs du projet pour trouver une solution qui puisse être opérationnelle pour juillet-août. Mais la conclusion est sans appel : On ne peut rien entreprendre aujourd’hui sans une meilleure connaissance de la nature du sous-sol.

Le SID est donc en train de finaliser le cahier des charges pour une nouvelle étude géotechnique et devrait lancer son appel d’offre dans les prochains jours. L’objectif à présent est que ce tronçon de travaux puisse être réalisé l’hiver prochain pour une mise en service de ce réseau d’alimentation en 2022. Les services du SID sont également mobilisés sur une recherche de solutions pour minimiser l’impact de ce retard de chantier sur l’irrigation du secteur concerné. En résumé, comme cela s’est déjà fait par le passé sur d’autres territoires, trouver une solution temporaire pour transférer de l’eau depuis un autre réseau d’irrigation et gérer, si nécessaire, une éventuelle pénurie durant l’été.

En photo ci-dessus : Station de pompage “La Poulatte”

En photo ci-dessous : Station de distribution “Les Roussons”